Posted on Leave a comment

Expression Avril 2021

Le touché est serpent, la bise un venin

Fuseaux de brindilles perdues dans l’univers agrutilant

Les cristaux ajourés s’éteignent sur une patrie reposée

La mémoire s’éclipse de mille noèmes constatés sur la grotte de Constance

Quelles caresses distancées pourrions-nous accepter au milieu de ces libertés restrictives ?

Le songe des particules s’amasse en brindilles fourchues

Amplitude de quatrains désopilants égorgés sur un vibrato d‘hérésies écarlates

D
Deteroctaire – Shelter

L’océan cache sous son immensité une pâle allégorie déferlante

La vague de l’oubli s’installe sur une portée déférente

Et la couche d’absurdité s’enlise dans une glaise improbable et aigue

On ressort l’histoire de Prométhée . Ou peut-être était-ce incisif ?

Voilà que ce monde s’envole en séquences abstraites et distancielles

Le touché est serpent ! la bise un venin ! Misérabilisme Under-ut

Il reste le sourire me direz-vous ? Raté, c’est le masque qui s’impose !

Folle immersion de l’ingénu qui se réveille après des années comateuses

Fissures célestes tueuses de romantisme acceptées si facilement par les moutons de panurge !

Divaguisme arobscum !

Frédéric Quillet

Albatros

Au loin – Shelter

l

Au dessus  de lui, je le vois comme un point minuscule à peine insolent

Pendant que l’herbe colle au champ lumineux

Les montagnes réchauffent mon cœur géologique

De labyrinthes en un indéchiffrable  cap, je prends le vent de la liberté

C’est une multitudes de caresses charnelles qui m’enivrent d’émotions vives

Je suis, dès lors, animé de sortilèges blottis dans mes ornières déployées

J’ai l’âme aigle et l’esprit condor me laissant infiltrer de flaques venteuses

Laissez-moi le temps de rugir de ma puissante indolence 

Vois-tu l’oscillation des pigments  qui se transforment en un carrousel de frissons ?

Des frémissement de bonheur écument mon esprit libéré grâce à cette soyeuse étoffe

Je vais effleurer les monts épineux des massifs et le ciel ira carillonner ma joie

 Des draps lissés sur un pic blanchâtre brisent les frontières de l’impossible

Mon visage lèche le lobe de la lune dévissée pour l’occasion

Elle est venue m’embrasser dans ma tentative d’éclosion volatile

Mon rêve éveillé grâce à l’archet articulé sur une portée qui m’emmène vers l’aurore

Les images s’entrechoquent et soudain apparait l’albatros tant espéré

Et je l’aime

Frederic Quillet

Au bout du tunnel

Encore un matin ensoleillé venu chasser les nuages de nos esprits

Un an de pandémie 

Confinement, couvre-feu 

Bienvenue en quarantaine académie

Un peu de poudre yeux, et on y voit que du feu 

Mesures sanitaires hasardeuses 

Suivi de Conséquences ravageuses

Quand l’Anxiété est contagieuse 

Impact psychologique en devient désastreuse 

Distanciation physique 

Amène à l’éloignement social 

Empoisonnement psychique 

Comportement asocial 

Mal être intérieur 

Ovaloïde – Balou

Au bout du tunnel – Balou

Quand il faut attester d’un motif 

Pour se rendre à l’extérieur 

Serait-ce la fin d’un cycle annonçant le début d’un autre ? 

Tel un phénix renaissant de ses cendres 

Les élites de ce monde n’ont pas fini de nous surprendre 

Tels des rapaces, n’ont pas fini de tout nous prendre 

Pas besoin de diplôme pour le comprendre 

Il n’est jamais trop tard pour apprendre 

Manipulation des masses 

Quand la peur conduit une société vers le désastre 

Déjà un an que nos vies sont bouleversées 

Sans visibilité, ni espoir que la tendance puisse s’inverser 

La lumière est au bout du tunnel 

Balou

Posted on Leave a comment

« Covid –Sanitaire  » : Cap’tain dindon ?

Après 12 mois de privation de liberté de circuler, exceptée avec, parfois,  une auto-attestation ridicule, que faut-il retenir des nouvelles mesures gouvernementales Françaises ?

La violence !

              Ca va en faire hurler plus d’un, j’en suis conscient. Je n’avais jamais connu une telle violence morale. Cela se rapproche même d’une sorte de perversion mentale.

La violence d’une décision

Souvenons-nous. Nous sommes à la veille du premier tour des élections municipales de Mars 2020. Le premier ministre nous annonce froidement et dans un ton qui te fout les jetons, que « d’ici à minuit, j’ordonne la fermeture des café et des restaurants. » l’effroi ! Non pas parce qu’on ferme ces établissements, mais bien à cause de ce ton pervers consistant à nous dire que la situation était grave au point qu’il fallait immédiatement fermer ces établissements pour cause de covid-19, mais que nous pouvions tout de même aller voter. Résultat plus de 60 % d’abstention. La peur ! Je ne pardonnerai jamais ce choix absolutiste de ce gouvernement. La menace d’un virus très dangereux qui rode, mais pas dans les urnes. Nous sommes gouvernés par des gens qui ont la conviction qu’un peuple se dirige sur l’instant “T” .

Aucune projection ! Et surtout : absence du sens de l’Etat ! Ce gouvernement ne sait pas construire une logique d’état qui consisterait à prendre les devants d’une situation qui les dépasse.

Au fil de cette année de folie, l’illogisme s’est propagé tel un virus infernal. Nous sommes restés spectateurs, subissant tels des soumis les informations contradictoires et la folie séculaire d’une gouvernance dépassée, utilisant des armes médiatiques infantiles nous renvoyant au 19 ième siècle, époque où le peuple était confiné socialement dans une terrine à pâtée pour chat !

Tout le monde s’y est mis. Les médias-poubelles de plus en plus influents dans notre sphère communicative, ont mis le paquet. D’abord, mettre en lumière les journalistes lobotomisés-crétins, aux ordres avec une pincée d’éditorialistes nationalistes qui n’en demandaient pas autant pour intégrer définitivement la norme éditoriale.

Désormais, l’extrême droite est “co-gouvernante” au sein de l’information globale. C’est, selon moi, la pire des conséquences politiques de ce covid-19. La bête est définitivement revenue dans notre quotidien avec la complicité des patrons de médias et du gouvernement.

A un virus qu’on nous demande de combattre, on en infiltre un autre que l’on nous fait passer comme inoffensif. Après tout, ces médias infiltrés sont parties prenantes de notre société démocratique et libre et représentatives d’une partie des électeurs!

La raison, la vraie, c’est l’ambition politique d’une gouvernance française qui mise sur une cristallisation de la contestation par le biais de l’extrême droite. Un jeu dangereux.

Une peste remplace un covid. 2022 sera l’année de tous les dangers

Frédéric Quillet

Posted on Leave a comment

Finissons-en avec Dieu !

Qui vous apprend cette histoire ? La plus étrange où les cons dorment debout . Celle de Dieu. Le début et la fin de tout comme le cochon du sahel, la truie de l’oubli défécatoire ! L’orangeade sans bulles étoilées .

Un corps clouté piétiné par un passage aléatoire. Membrane de l’espace thermidorien. Révolte d’une idiotie de l’âme. Un type cloué montrant sa quête de l’ignorance en couleur .

Le corps est un champignon rusé chez qui on a châtré les moisissures. Il est défini du néant. Plus innommable qu’inconsommable. Le corps pue Christine ! Amène-le moi Jézabel !

L’octroi du plein! Petits pains asservis de pas de danses agglomérées. Le corps fornique et il vous gauchit ! Dieu n’a rien à y faire. Ni dedans, ni dehors. Tout n’est qu’envers du décors. Changer de vice, blâmer le corps. A quoi bon croire puisque c’est l’ange même qui te trahit pourri jusqu’à l’os au nom de Satan le propre fils de Dieu ? Même Satan prend un “S” majuscule dans le correcteur d’orthographe !

Lumière de symbole soi-disant apaisante pour l’homme, Dieu n’est qu’une source de haine, de guerre, de décapitation ! Un épouvantable blasphème de la vie. Ce Dieu, c’est celui que l’homme t’a créé, façonné, poli à ton mirage !

Et sur les pentes hallucinantes de la vie, on tue en son nom ” aimant” . Tout le monde y passe. Du peuple élu en passant par les croisés pour en finir par les fous du croissant lunaire. Dieu est cruauté et barbarie ! L’homme, au nom de ses dieux, a détruit des vies, pillé des civilisations, maudits les autres croyances, brulé des corps ensorcelés, entretenu des attitudes obscènes.

Finissons-en avec Dieu. N’acceptons que la croyance pacifique comme l’amour, l’amitié et le forage du pétrole ! Vivons en pleine absurdité et finissons-en avec des explications cartésiennes ou Dieuboliques !

On est aujourd’hui affolé par un virus indigent, même pas de chez nous. Il est incréé maturé, timbré et rend les gens cons comme l’os à poêle en queue de pie. Abjecte culture répudiée par un corps étranglé. Masque de complaisance, épouvantable sarcophage qui rend l’homme débile et irrespectueux ! Un nouveau Dieu est en train d’arriver sur terre !

L’humain s’entiche et s’accroche à des idées qui l’empêchent de se libérer. Tant qu’il se croira éternel, il inventera toujours des causes pour garder le pouvoir sur toutes choses et sur ses semblables. Alors que la seule et unique vie, c’est l’évolution dont le point de départ est un grand architecte de la vie qui permis à l’univers de monter crescendo sur le toit de la connaissance.

Mais voilà, rendre l’homme plus intelligent, pour certains, c’est un danger permanent. Du coup, un jour, l’homme a créé Dieu pour qu’il descende nous museler. Macabre illusion, tableau de nacre involutif ! Vision antidéterroctère ! Kholéra de prêt à dimension impersonnelle !

Tronc de rivières pulmonaires peinte pour lier l’un en un tout de pénombre déambulatoire. Tout est favéla !

Frédéric Quillet

Posted on Leave a comment

Ôde à 20 doigts !

Une craie de pince-noisette casse la glace au neutronium fou. Perdu dans une déviance aléatoire, l’ange-divin saccage les pots de miel du père castor. Tout est fermé sur l’au-delà de l’empire des masques. Le règne de la peur s’endive dans une salade hypodermique.

A Saint-Ptomatik, province chinoise, on vit l’aiguille à la main ambiguë. Le poil du néant endosse l’araignée à cinq branches. Réplique d’un temps défaussé de larmes desséchées. L’homme rebondit sur le quart-temps du confinement déguisé en couvre-feu débile et acclamé par la fermière et son poteau laid.

L’extase insaisissable de trognons paumés sur la pente plagiée par Paul Verlaine tissant du lin dans sa cave humide et froide. L’oignon de son coléoptère vit sa dernière heure. Il crèvera comme il a vécu .

Eloignons l’oie-gnon de sa nébuleuse vergue créative, maladive et endive. Chie-con ! Solution écarlate urinée par la fermeture des bars sans poche ! Le souverain a décidé tout seul de fermer notre gueule. D’autre part, il demandera l’autorisation au parlement de continuer !

Quo vadis, Capulet, capulette : Covid-21 ! Catapulte sur la toile de jute ! Explosion phénoménale d’un patriote microbien délesté sur la poitrine du démon ! Le bœuf éructe de douleur après la décapitation de frère Louis !

St Nicolas se “vantise” d’un cousinage épargné du seizième ! Autrement dit, il ne sert à rien ! Il n’a pas le sang du mentor royal. Crapahutons ensemble, masques aux nez vers les plaines de Trenzalore sur le tombe du docteur “gromenolant” le jour et grommelant l’été.

“Motus et bouche cousue” cria alors, le vénessien sans culotte mais avec une jolie pommade plein les socquettes. L’homme gardait ses tongs uniquement à la montagne et mangeait des skis sur la plage….

Tout se ferme. Rien ne se dit. Bouches fermées. Narines perdues dans un mouche-masque interchangeable tous les 4 heures.

C’est l’heure du goûter. ” Ah le sagouin, il bouffe le masque et la cellophane avec !!! ” Lassée de ce texte sans queue ni épithète ?

Frédéric Quillet et Paméla Gnostique

Posted on 1 Comment

Réponse de Marc Persichetti

Réponse de Marc Persichetti à l’article : La chasse : indispensable au développement durable ?

Vous m’avez proposé une interview sur la chasse et j’ai accepté avec plaisir à la condition de relire votre article avant sa parution. Votre papier est globalement bien documenté mais comporte quelques erreurs que je vous ai signalées. Certaines ont étés prises en compte, d’autres non. Je vous prie de bien vouloir publier les rectificatifs suivants.

  • Vous laissez entendre que les chasseurs n’ont pas les compétences pour gérer les biosphères. C’est faux car les fédérations départementales et la fédération nationale emploie un grand nombre de techniciens diplômés des métiers de l’environnement. Cette organisation départementale et nationale nous permet également d’avoir une vision globale, contrairement à ce qui est affirmé. Tout le long de l’année, les chasseurs interviennent concrètement dans nos campagnes pour préserver l’environnement, restaurer la biodiversité et sauvegarder les espèces, chassables ou non. Les chasseurs sont les premier intervenant dans l’environnement et cela bénévolement.
  • Le remplacement de cartouches en plomb par d’autres alternatives -elles arrivent sur le marchés-  pour certaine chasse n’est pas le fait des chasseurs mais du parlement qui légifère et des fabricants. Les chasseurs sont favorables à une alternative.
  • Aucune espèce protégée n’est chassée ! Si cela était le cas, cela serait du braconnage et les chasseurs ne sont pas des braconniers.
  • L’agrainage n’a pas pour but la multiplication des sangliers et n’en n’est pas la cause. Cette technique consiste à déverser du grain de maïs en forêt pour essayer d’y fixer les sangliers, évitant ainsi plus de dégâts dans les cultures. Dégâts pour lesquels les chasseurs indemnisent les agriculteurs. Sans agrainage, les sangliers consommeraient plus dans les cultures, cela ne provoque aucune surpopulation. Cette technique est bien évidement réglementée.
  • Il n’y a pas de gros gibiers élevés et relâchés, cette pratique est interdite. Il y a des petits gibiers d’élevage relâchés. Cela à permit de sauvegarder des espèces qui auraient disparues sans cela, et pas à cause de la chasse mais de leurs territoires bouleversés.
  • Les chasseurs n’ont jamais détruit d’écosystème, au contraire, ils travaillent à le préserver et sont souvent les seuls.
  • Le piégeage est règlementé et les piégeurs sont formés et agrées. Sans cela, beaucoup d’élevage serait en péril.

Voilà, il me semble que cela devait être dit.

Posted on Leave a comment

Populisme et démocratie

Quel est l’état de notre démocratie en France  ?

Peut-on réellement se plaindre de notre situation lorsque l’on se compare aux pays voisins moins libres que nous ?

Où est la place du populisme dans le demos Français ?

. De tout temps l’état de  l’opinion publique  est le thermomètre premier d’une démocratie.  Les  pays qui s’engagent dans ce destin philosophique et politique  prennent régulièrement le pouls de l’implication citoyenne. Quand celle-ci en est réduite à un fonctionnement populiste alors les démocrates peuvent trembler.

. Mais qu’est-ce que le populisme ? Selon Môssieur Larousse, c’est un « Discours politique s’adressant aux classes populaires, fondé sur la critique du système et de ses représentants ». Aujourd’hui, En France, mais aussi dans le monde,  une partie de la population adhère de plus en plus à cette « philosophie »

. Avril 2002, après l’avènement de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle, c’est le choc ! Dès lors, un glissement du discours politique se porte sur la droite de son échiquier.  La parole politique va se tourner vers une imitation des codes de l’extrême droite. Le symbole en 2009 : La création d’un  ministère de l’identité nationale par Nicolas Sarkozy.  Quatre années auparavant, l’avènement des chaines d’information  continue sonne le début de la gouvernance d’une opinion manipulée par les  grands groupes économistes, Les grandes fortunes française représentés par les patrons de chaines ayant également des intérêts  importants dans les institutions de sondage.

. Déjà latent dans les années 90, le contrôle de l’opinion prenait son rythme de croisière au début des années 2000. Il ne fallut pas longtemps pour transformer le spectateur en objet commercial dans le cerveau n’avait qu’un défaut : Celui de penser !

. Dès lors, et grâce à la fulgurance  de l’impact des médias-poubelles de la T.N.T, le parc de l’audiovisuel s’est mis à l’heure du règne de l’opinion publique. La doctrine devenait pernicieuse à souhait. L’opinion populaire pensant diriger les choses se retrouve sous le joug des influenceurs que sont Bolloré, Bouygues  et bien d’autres.

Bolloré et Bouygues discutent
Dessin de Shelter

 . A présent, la vindicte populaire désagrège tout sur son passage appuyée désormais par les médias qui ont vu dans cette poussée de fièvre l’opportunité de glaner encore plus d’aficionados et d’audimat. Ecrit, vocal ou télévisuel, l’espace médiatique s’est laissé emporter dans ce tsunami du contrôle permanent de la pensée.

 .      «  Les français pensent que …» Le sondage nous annonce ce qu’il faut penser. En 2021 nous subissons un sondage par jour et un martellement intempestif de la même information pendant 24 heures. On presse le citron du cerveau devenu inerte et sans contact !

  . Il suffit de savoir créer des polémiques et de les donner à manger aux « y’haine » populistes, revanchards d’une frustration imaginaire ou fabriquée par les manipulateurs.

. A côté de cette situation, la prise en main des réseaux sociaux par ce qu’on appelle des influenceurs n’a pas arranger la situation. En donnant un accès total à l’information et en multipliant les murs d’expression, le système GAFA joue le rouleau compresseur de la pensée en créant un écran de fumée de liberté pour une majorité de gens qui se retrouvent embarqués dans le phénomène de ce populisme moderne.

Et voilà que l’ensemble des acteurs politiques sombrent dans ce système d’infantilisation de la pensée de l’opinion. Notre démocratie assure-t-elle encore la liberté individuelle ? Pas sûr !

. On cherche à faire de nous , des esclaves de la pensée immédiate au nom d’une liberté de façade, caricaturée.

. En fait, L’ennemi, c’est nous-même. Nous qui acceptons ce rôle. Nous sommes dans une pensée linéaire dangereuse. Un écran de fumée nous fait croire que nous avançons ensemble, dans la bienveillance.

Comment se rebeller face à cette implacable dictat du populisme moderne qui s’apprête à régner définitivement en France ?

Posted on Leave a comment

Ici l’onde – La régie de quartier.

Régie des quartiers de Rouen

Emission datant de Mars 2017.

La Régie des Quartiers a pour mission et vocation le maintien du lien social de ses habitants à travers ses activités ainsi que la lutte contre le chômage et l’exclusion en offrant une étape dans le projet professionnel et social de chacun.

Nous recevons Jean Michel Clémeneau président de la régie de quartier, ainsi que Christian Leclercq, chanteur, interprète (https://www.facebook.com/christian.leclercq.9277) de grands auteurs de la chansons française et francophone qui nous présentait son dernier album…

MIXCLOUD : https://www.mixcloud.com/Espritlibre/ici-londe-la-r%C3%A9gie-de-quartier-mars-2017/
ESPRIT LIBRE : https://espritlibre.ovh/

Posted on Leave a comment

La culture ne s’arrête jamais

En France, ce n’est pas une décision politique qui va nous empêcher de développer notre liberté artistique à partir du moment où icelle est humaniste et non incitative de haine ou de violence physique. Pourtant, en ces temps brumeux, nous devons pouvoir nous affirmer et agir pour continuer à produire. L’art demeure l’un des outils majeurs qui permet de bâtir notre conscience. C’est incontestable. Que l’on soit d’esprit classique, révolutionnaire ou surréaliste, notre construction artistique nous emmène vers le flamboyant. Qui a-t-il de plus plus beau que de partir dans l’imaginaire ? Retrouver. Voir. Disparaître puis revivre.

Notre pensée est Dieu et arithmétique. Nous vibrons par l’envolée cosmique et l’essence d’un roman, d’une création, d’un tag, d’une photo. Nous nous construisons tout en essayant de partager une pensée, un moment intime. L’écriture, le chant, la peinture, la photographie, la danse etc, sont des sens de vie . Ils s’accordent aux tumultes de nos âmes.

Donner son âme à la création, ce n’est jamais simple à faire comprendre au monde. Peu nombreux sont encore les parents qui recommandent l ‘art comme vecteur de réussite professionnelle. Comment pourrions -nous les plaindre vue l’état des écoles artistiques tout juste bonnes, en France, à satisfaire une certaine classe de la société qui n’a que pour objectif la culture de l’enfant prodige et la jouissance qui consiste à avoir une progéniture maitrisant des notes ou des couleurs pour afficher la fierté culturelle de la fratrie et la réussite sociale dans le but d’écraser l’autre ?

Malgré tout, il sort de notre pays , des prodiges. La France fut longtemps un pays de lumière artistique sans pour autant démocratiser cet art. Depuis les années 70, certains plafonds de verre ont explosés et on assiste, aujourd’hui à l’émergence démocratique de la culture, même si …..Même si il faut cravacher pour obtenir une reconnaissance. Le milieu artistique est souvent sans pitié. Il n’est pas rare qu’un artiste doive passer par un coup de pouce de gens influents pour obtenir le sésame de la popularité . C’est un peu en cela que l’art reste reste un monde très fermé. Volontairement. Snobisme d’une société à vocation élitiste.

Peu importe, on s’exprime, on crée d’abord pour nous-même. Pousser les poussières des “us et coutumes” peut demander plusieurs générations. L’art démocratique et partagé, est comme un serpent qui s’allonge petit à petit dans un jeu subtile, délicat et qui, parfois, oublie le sens même de la création. Attention donc à ne pas se morde pas la queue. Oublier ses fondamentaux. Trahir ce pourquoi on crée. Bernard Lavilliers disait, en son temps, que tant que l’on ne montrait pas sa création au regard du public, on ne pouvait pas se revendiquer artiste. Pourquoi pas. Je veux continuer de penser que l’art est ce que nous en faisons avec, aussi, notre liberté de garder, pour soi, nos créations. La culture ne commence pas quelque part et ne finit pas ailleurs. Elle est le temps et la vie.

Frédéric Quillet

Posted on Leave a comment

L’Europe ( Emission ” Ca vous concerne )

ÇA VOUS CONCERNE – Animée par Frédéric Quillet

Au sommaire dans l’émission la plus polémique des hauts : L’Europe!?
avec Jonas Haddad (Les Républicains) discute Europe avec : Aïsha, Dr. Mansour (Chroniqueur, Historien) et Damien.

Générique : Albert Elms, Robert Farnon, Ron Grainer & Wilfred Josephs ‎– The Prisoner (Original Soundtrack)


ESPRIT LIBRE : https://espritlibre.ovh/

Posted on Leave a comment

Les Gilets Jaunes ( Emission Ca vous concerne )

ÇA VOUS CONCERNE – Animée par Frédéric Quillet

Au sommaire de cette nouvelle émission de Ça vous concerne : Les gilets jaunes.

Invités :

  • Evelyne Delbós : Chef d’entreprise PME.
  • Patrick Chabert : Conseiller municipal de Rouen (Représentant des centristes)
  • Manuel Labbé : Maire-adjoint vie associative de Rouen (Parti Communiste).

Crédit photo : compte twitter de Rouen dans la rue (https://twitter.com/Rouendanslarue/status/1067392214031052805)

Générique : Albert Elms, Robert Farnon, Ron Grainer & Wilfred Josephs ‎– The Prisoner (Original Soundtrack)


ESPRIT LIBRE : https://espritlibre.ovh/