Posted on Leave a comment

Expression Avril 2021

Le touché est serpent, la bise un venin

Fuseaux de brindilles perdues dans l’univers agrutilant

Les cristaux ajourés s’éteignent sur une patrie reposée

La mémoire s’éclipse de mille noèmes constatés sur la grotte de Constance

Quelles caresses distancées pourrions-nous accepter au milieu de ces libertés restrictives ?

Le songe des particules s’amasse en brindilles fourchues

Amplitude de quatrains désopilants égorgés sur un vibrato d‘hérésies écarlates

D
Deteroctaire – Shelter

L’océan cache sous son immensité une pâle allégorie déferlante

La vague de l’oubli s’installe sur une portée déférente

Et la couche d’absurdité s’enlise dans une glaise improbable et aigue

On ressort l’histoire de Prométhée . Ou peut-être était-ce incisif ?

Voilà que ce monde s’envole en séquences abstraites et distancielles

Le touché est serpent ! la bise un venin ! Misérabilisme Under-ut

Il reste le sourire me direz-vous ? Raté, c’est le masque qui s’impose !

Folle immersion de l’ingénu qui se réveille après des années comateuses

Fissures célestes tueuses de romantisme acceptées si facilement par les moutons de panurge !

Divaguisme arobscum !

Frédéric Quillet

Albatros

Au loin – Shelter

l

Au dessus  de lui, je le vois comme un point minuscule à peine insolent

Pendant que l’herbe colle au champ lumineux

Les montagnes réchauffent mon cœur géologique

De labyrinthes en un indéchiffrable  cap, je prends le vent de la liberté

C’est une multitudes de caresses charnelles qui m’enivrent d’émotions vives

Je suis, dès lors, animé de sortilèges blottis dans mes ornières déployées

J’ai l’âme aigle et l’esprit condor me laissant infiltrer de flaques venteuses

Laissez-moi le temps de rugir de ma puissante indolence 

Vois-tu l’oscillation des pigments  qui se transforment en un carrousel de frissons ?

Des frémissement de bonheur écument mon esprit libéré grâce à cette soyeuse étoffe

Je vais effleurer les monts épineux des massifs et le ciel ira carillonner ma joie

 Des draps lissés sur un pic blanchâtre brisent les frontières de l’impossible

Mon visage lèche le lobe de la lune dévissée pour l’occasion

Elle est venue m’embrasser dans ma tentative d’éclosion volatile

Mon rêve éveillé grâce à l’archet articulé sur une portée qui m’emmène vers l’aurore

Les images s’entrechoquent et soudain apparait l’albatros tant espéré

Et je l’aime

Frederic Quillet

Au bout du tunnel

Encore un matin ensoleillé venu chasser les nuages de nos esprits

Un an de pandémie 

Confinement, couvre-feu 

Bienvenue en quarantaine académie

Un peu de poudre yeux, et on y voit que du feu 

Mesures sanitaires hasardeuses 

Suivi de Conséquences ravageuses

Quand l’Anxiété est contagieuse 

Impact psychologique en devient désastreuse 

Distanciation physique 

Amène à l’éloignement social 

Empoisonnement psychique 

Comportement asocial 

Mal être intérieur 

Ovaloïde – Balou

Au bout du tunnel – Balou

Quand il faut attester d’un motif 

Pour se rendre à l’extérieur 

Serait-ce la fin d’un cycle annonçant le début d’un autre ? 

Tel un phénix renaissant de ses cendres 

Les élites de ce monde n’ont pas fini de nous surprendre 

Tels des rapaces, n’ont pas fini de tout nous prendre 

Pas besoin de diplôme pour le comprendre 

Il n’est jamais trop tard pour apprendre 

Manipulation des masses 

Quand la peur conduit une société vers le désastre 

Déjà un an que nos vies sont bouleversées 

Sans visibilité, ni espoir que la tendance puisse s’inverser 

La lumière est au bout du tunnel 

Balou

Posted on Leave a comment

« Covid –Sanitaire  » : Cap’tain dindon ?

Après 12 mois de privation de liberté de circuler, exceptée avec, parfois,  une auto-attestation ridicule, que faut-il retenir des nouvelles mesures gouvernementales Françaises ?

La violence !

              Ca va en faire hurler plus d’un, j’en suis conscient. Je n’avais jamais connu une telle violence morale. Cela se rapproche même d’une sorte de perversion mentale.

La violence d’une décision

Souvenons-nous. Nous sommes à la veille du premier tour des élections municipales de Mars 2020. Le premier ministre nous annonce froidement et dans un ton qui te fout les jetons, que « d’ici à minuit, j’ordonne la fermeture des café et des restaurants. » l’effroi ! Non pas parce qu’on ferme ces établissements, mais bien à cause de ce ton pervers consistant à nous dire que la situation était grave au point qu’il fallait immédiatement fermer ces établissements pour cause de covid-19, mais que nous pouvions tout de même aller voter. Résultat plus de 60 % d’abstention. La peur ! Je ne pardonnerai jamais ce choix absolutiste de ce gouvernement. La menace d’un virus très dangereux qui rode, mais pas dans les urnes. Nous sommes gouvernés par des gens qui ont la conviction qu’un peuple se dirige sur l’instant “T” .

Aucune projection ! Et surtout : absence du sens de l’Etat ! Ce gouvernement ne sait pas construire une logique d’état qui consisterait à prendre les devants d’une situation qui les dépasse.

Au fil de cette année de folie, l’illogisme s’est propagé tel un virus infernal. Nous sommes restés spectateurs, subissant tels des soumis les informations contradictoires et la folie séculaire d’une gouvernance dépassée, utilisant des armes médiatiques infantiles nous renvoyant au 19 ième siècle, époque où le peuple était confiné socialement dans une terrine à pâtée pour chat !

Tout le monde s’y est mis. Les médias-poubelles de plus en plus influents dans notre sphère communicative, ont mis le paquet. D’abord, mettre en lumière les journalistes lobotomisés-crétins, aux ordres avec une pincée d’éditorialistes nationalistes qui n’en demandaient pas autant pour intégrer définitivement la norme éditoriale.

Désormais, l’extrême droite est “co-gouvernante” au sein de l’information globale. C’est, selon moi, la pire des conséquences politiques de ce covid-19. La bête est définitivement revenue dans notre quotidien avec la complicité des patrons de médias et du gouvernement.

A un virus qu’on nous demande de combattre, on en infiltre un autre que l’on nous fait passer comme inoffensif. Après tout, ces médias infiltrés sont parties prenantes de notre société démocratique et libre et représentatives d’une partie des électeurs!

La raison, la vraie, c’est l’ambition politique d’une gouvernance française qui mise sur une cristallisation de la contestation par le biais de l’extrême droite. Un jeu dangereux.

Une peste remplace un covid. 2022 sera l’année de tous les dangers

Frédéric Quillet

Posted on Leave a comment

Rilès et les jours ensoleillés

pochette welcome to the jungle

D’une chambre de Déville-les-Rouen jusqu’à la scène internationale, Rilès nous dévoile son art visuel mais avant tout sonore.

Il n’a que 25 ans pourtant, il a déjà produit plus de 66 singles, 2 EP, 1 album, organisé et réalisé 3 tournées dans plusieurs pays, et un festival. Et en plus, c’est un peintre.

Rilès -Thank God

Vous connaissez surement ce son, il sort au début du Rileèssundayz en 2016 et devient disque d’or 1 ans après sa sortie.

Rilès – S.AME

Rilès peint un portrait de Kanye West, un artiste américain qui l’a beaucoup influencé

Rilèssundayz

C’est le nom du défi que se lance ce jeune musicien : poster toutes les semaines une musique sur sa chaine YouTube. 52 titres sortiront de cette aventure intense et deux d’entre eux seront certifiés disque d’or. Pourtant à ce moment Rilès est seul dans sa chambre et vend quelques unes de ses toiles pour s’acheter du matériel professionnel. Aujourd’hui sa musique est en voie d’être connue à échelle planétaire grâce à son premier album “Welcome to the jungle” sortie il y a 1 an.

Fiche technique :

Naissance : 4 janvier 1996, Rouen

Activité : Rappeur, auteur-compositeur-interprète, réalisateur artistique

Instruments : Voix, guitare électrique et folk, piano, bongo, saxophone, clavier

Label : RILESUNDAYZ, Republic Records

Genres : Hip-Hop, Rap, R&B

Distinction : Disque de platine : Brother (2018), Disque d’or : Thank God (2017), I do it (2018)

Rilès Kacimi

aka Rilès

pochette welcome to the jungle
Pochette “Welcome to the jungle”

Discographie

  • EP :
    • Vanity Plus Mind (2013)
    • LVL 36(2020)
  • Album Studio :
    • Welcome to the jungle(Deluxe)(2019)
  • Singles : 
    • 4 en 2020
    • 8 en 2019
    • 1 en 2018
    • 35 en 2017
    • 16 en 2016
    • 1 en 2015
    • 1 en 2014
    • Total : 66
  • De nombreux featuring ( Younès, Leone et Terry)

 “On a enregistré notre mixtape en 7 jours, dans la région Normande, entourée par la nature, les chèvres et la tranquillité”

15/01/2021- Family business -YouTube

Rilès est toujours entouré de ses amis, sa “Family”. Avec elle, il sortira un journal annuel, et crée un label nommé RILESUNDAYZ. Cela permettra à la bande d’amis de sortir le 4 février 2021 leur mixtape : Family Buisness. Faite pendant une semaine de résidence artistique, ces musiques sont le fruit d’un moment de partage fraternel. Sur la pochette de leur album c’est un kebab pour 7 comme une mixtape à 7. La troupe se compose de rappeurs et de compositeurs :

  • Rilès
  • Younès
  • Leone
  • Wassem
  • Terry
  • Shaz
  • Sempaï Katchy

Le mot de de la fin :

Posted on Leave a comment

Populisme et démocratie

Quel est l’état de notre démocratie en France  ?

Peut-on réellement se plaindre de notre situation lorsque l’on se compare aux pays voisins moins libres que nous ?

Où est la place du populisme dans le demos Français ?

. De tout temps l’état de  l’opinion publique  est le thermomètre premier d’une démocratie.  Les  pays qui s’engagent dans ce destin philosophique et politique  prennent régulièrement le pouls de l’implication citoyenne. Quand celle-ci en est réduite à un fonctionnement populiste alors les démocrates peuvent trembler.

. Mais qu’est-ce que le populisme ? Selon Môssieur Larousse, c’est un « Discours politique s’adressant aux classes populaires, fondé sur la critique du système et de ses représentants ». Aujourd’hui, En France, mais aussi dans le monde,  une partie de la population adhère de plus en plus à cette « philosophie »

. Avril 2002, après l’avènement de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle, c’est le choc ! Dès lors, un glissement du discours politique se porte sur la droite de son échiquier.  La parole politique va se tourner vers une imitation des codes de l’extrême droite. Le symbole en 2009 : La création d’un  ministère de l’identité nationale par Nicolas Sarkozy.  Quatre années auparavant, l’avènement des chaines d’information  continue sonne le début de la gouvernance d’une opinion manipulée par les  grands groupes économistes, Les grandes fortunes française représentés par les patrons de chaines ayant également des intérêts  importants dans les institutions de sondage.

. Déjà latent dans les années 90, le contrôle de l’opinion prenait son rythme de croisière au début des années 2000. Il ne fallut pas longtemps pour transformer le spectateur en objet commercial dans le cerveau n’avait qu’un défaut : Celui de penser !

. Dès lors, et grâce à la fulgurance  de l’impact des médias-poubelles de la T.N.T, le parc de l’audiovisuel s’est mis à l’heure du règne de l’opinion publique. La doctrine devenait pernicieuse à souhait. L’opinion populaire pensant diriger les choses se retrouve sous le joug des influenceurs que sont Bolloré, Bouygues  et bien d’autres.

Bolloré et Bouygues discutent
Dessin de Shelter

 . A présent, la vindicte populaire désagrège tout sur son passage appuyée désormais par les médias qui ont vu dans cette poussée de fièvre l’opportunité de glaner encore plus d’aficionados et d’audimat. Ecrit, vocal ou télévisuel, l’espace médiatique s’est laissé emporter dans ce tsunami du contrôle permanent de la pensée.

 .      «  Les français pensent que …» Le sondage nous annonce ce qu’il faut penser. En 2021 nous subissons un sondage par jour et un martellement intempestif de la même information pendant 24 heures. On presse le citron du cerveau devenu inerte et sans contact !

  . Il suffit de savoir créer des polémiques et de les donner à manger aux « y’haine » populistes, revanchards d’une frustration imaginaire ou fabriquée par les manipulateurs.

. A côté de cette situation, la prise en main des réseaux sociaux par ce qu’on appelle des influenceurs n’a pas arranger la situation. En donnant un accès total à l’information et en multipliant les murs d’expression, le système GAFA joue le rouleau compresseur de la pensée en créant un écran de fumée de liberté pour une majorité de gens qui se retrouvent embarqués dans le phénomène de ce populisme moderne.

Et voilà que l’ensemble des acteurs politiques sombrent dans ce système d’infantilisation de la pensée de l’opinion. Notre démocratie assure-t-elle encore la liberté individuelle ? Pas sûr !

. On cherche à faire de nous , des esclaves de la pensée immédiate au nom d’une liberté de façade, caricaturée.

. En fait, L’ennemi, c’est nous-même. Nous qui acceptons ce rôle. Nous sommes dans une pensée linéaire dangereuse. Un écran de fumée nous fait croire que nous avançons ensemble, dans la bienveillance.

Comment se rebeller face à cette implacable dictat du populisme moderne qui s’apprête à régner définitivement en France ?

Posted on Leave a comment

La chasse : indispensable au développement durable ?

3 chasseurs et leur chiens

La chasse, par définition, est l’action de poursuivre des animaux afin de les manger ou de les détruire. En France, c’est un droit soumis à des réglementations strictes qui se déroule principalement au sein des forêts, des territoires clefs d’un développement durable. C’est-à-dire une croissance à long terme qui tient compte des contraintes écologiques, sociales et économiques. En effet, les forêts disposent d’une large biodiversité et de ressources naturelles indispensables au fonctionnement de nos sociétés. Ainsi l’exploitation et la protection de ces espaces est essentiel pour l’humanité et les chasseurs en sont les acteurs de terrain incontournables.

Dans quelle mesure les chasseurs sont-ils des acteurs majeurs d’un développement durable ?

En France, en 2018, d’après un sondage de l’Ipsos, seulement 19% des français sont favorables à la chasse, ce loisir est jugé cruel envers les animaux, dangereux pour les hommes et mal encadré par l’Etat.

Un chasseur ! cours. Courir c'est quoi

La chasse n’est pas plus cruelle envers les animaux que les abattoirs alors pourquoi est-elle stigmatisée ?

. Des associations comme la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) déposent des dizaines d’actions en justice tous les ans afin de dénoncer le manque d’éthique des chasses, dites traditionnelles, comme le piégeage ou la chasse à la glue. 

. Marc Persichetti chasseur depuis 5 ans, prédit une disparition progressive de la chasse à la glue et condamne l’élevage d’animaux destiné à la chasse. La chasse existe pour nourrir l’homme et préserver les écosystèmes et non pour assouvir les passions sanglantes de chasseurs marginaux. De plus, la chasse d’animaux d’élevage implique des dégâts écologiques comme la surpopulation d’espèce dans des milieux dont ils ne sont pas issus. 

. La définition de la chasse paraît simple pourtant les méthodes de mise en pratique sont nombreuses et certaines font débat. Entre les chasseurs et les militants, la bataille est permanente. La question de notre devoir d’empathie envers les animaux est posée et implique une incompréhension profonde et rend le débat constructif impossible malgré des convergences de point de vue. La question du rapport entre l’homme et l’animal est une question métaphysique personnelle à laquelle nous devons trouver un consensus pour faire société. 

La chasse traditionnelle provoque un désordre social et écologique, elle ne répond donc pas aux conditions d’un développement durable.

La chasse est-elle dangereuse ?

. Les français défavorables à la chasse mettent en avant sa dangerosité. D’après l’Office Française de la Biodiversité, les 20 dernières années ont montré une moyenne de 158 blessés annuels. Cependant, 90% des blessés sont des chasseurs qui ont manqué aux règles de sécurité. 

. La chasse est un loisir à risque au même titre que de nombreux sports comme le parapente qui dénombre en 2018 plus de 500 blessés et une dizaine de morts en moyenne chaque année. Pourtant le parapente ne nécessite aucun permis pour être exercé contrairement à la chasse. 

. Le permis de chasse est octroyé par la ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) après plusieurs épreuves censées prévenir ces accidents. Marc Persichetti, chasseur en Seine-Maritime explique le déroulement de sa formation en trois phases : La manipulation de l’arme dans un centre de tir, l’application sur le terrain lors d’une chasse en battue et l’épreuve théorique expliquant le fonctionnement des biosphères.

. De plus, les chasseurs demandent la mise en place d’une formation à la sécurité obligatoire et applicable à tous les chasseurs de France. Cette proposition est portée au gouvernement par l’intermédiaire de Willy Schraen, directeur de la FNC, Fédération nationale de Chasse. Par ailleurs, un chasseur manquant aux règles de sécurité est immédiatement fiché à la FNC et rencontrera des difficultés pour se faire accepter dans un nouveau corps de chasse. La chasse n’est donc pas le plus dangereux des loisirs et est largement encadré du point de vu de la sécurité. Stigmatiser les chasseurs pour leur dangerosité provoque un conflit social durable sans permettre un développement durable.

Comment s’organise la chasse en France ?

Diagramme représentant l’organisation structurelle de la chasse en France, en 2020.

  • FDC : Fédération Départementale des Chasseurs de [nom de département].
  • FNC : Fédération Nationale des Chasseurs.
  • FACE : Federation of Associations for hunting and conservation of the EU.
  • OFB : Office Française de la Biodiversité
  • ONCFS : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage
  • AFB : Agence française pour la Biodiversité.
  • ACCA : Association Communales et intercommunales de Chasse Agréées.
  • ESOD : Espèce susceptible d’Occasionner des Dégâts.

Attention, le diagramme ci-dessus est non exhaustif, il ne détaille pas la place et le rôle de l’OFB.

  • Etablissement public administré par le ministère de la transition écologique et celui de l’agriculture.
  • Regroupe, depuis janvier 2020, l’AFB et l’ONCFS.
  • A noter : la FNC fait partie du conseil d’administration de cet organisme. 
  • Quelques-unes de ses missions : police judiciaire et administrative des chasseurs, recherche et expertise des espèces sauvages et de leurs milieux.

. Cette organisation structurelle complexe met en avant deux conflits d’intérêts et pose la question de l’objectif de la chasse en France.  

. L’objectif de Thierry Coste est d’augmenter le nombre d’armes à feu sur le territoire français afin de satisfaire ses clients. Ayant voix au sein du ministère de l’écologie, il fait pression pour baisser le prix du permis de chasse, allonger la liste des espèces nuisibles et les périodes de chasse afin d’augmenter le nombre de chasseurs et le nombre d’arme à feu.La FNC s’alligne sur ses opinions puisqu’il est leur conseiller politique. Ainsi les intérêts économiques du lobbyiste entraînent un désastre écologique sur les territoires de chasse. En effet des espèces classées par l’Union Européenne comme protégées sont classées nuisibles, donc chassables, en France.

. Par ailleurs, le préfet départemental est à l’origine d’arrêtés censés encadrer la chasse dans son département. Cependant, le préfet s’appuie sur le rapport des lieutenants de louveterie, les chefs des corps de chasse, pour établir leur arrêtés. Hors les louvetiers font partie de la FNC et leurs connaissances de terrain sur la biodiversité sont locales et non globales. Ainsi on peut se demander si leurs conseils sont impartiaux et d’une qualité suffisante pour une gestion durable du territoire.

L’organisation de la chasse en France ne permet pas un développement écologique et économique stable, durable.

Pourquoi l’Homme chasse-t-il ?

“L’homme est intelligent parce qu’il chasse, si historiquement l’homme était vegan il serait con comme une valise”

Marc Persichetti, chasseur.

. L’homo sapiens est une espèce a part entière qui a sa place dans l’écosystème planètaire. Il a donc sa place dans la chaîne alimentaire. Il est à la fois la proie et le prédateur d’autres espèces. Mais sa maigre corpulence ne lui permet pas d’être au sommet de la chaîne alimentaire. L’objectif de tout être vivant etant de survivre et de se reproduire  l’homo sapiens s’est adapté. Il a développé une intelligence collective pour se mesurer à ses prédateurs et a transmis ses connaissances à ses descendants. 

. Ainsi l’homme est devenu chasseur pour se défendre, se nourrir, résister au froid etc. C’est l’ère de l’homme chasseur-cueilleur qui invente le feu et cuit ses aliments. La cuisson des aliments, dont la viande a permis au cerveau humain de se développer plus rapidement en comparaison aux autres primates.

 . Puis il évolue jusqu’à inventer l’agriculture puis les supermarchés. Aujourd’hui l’Homme est capable de chasser l’intégralité des espèces de cette planète et se place comme le superprédateur ultime. Cette évolution fut socialement et économiquement prospère mais les changements climatiques montrent que cette évolution ne prenait pas en compte l’aspect écologique. 

. Historiquement l’homme est carnivore, il chasse et cuisine. Son évolution dépend de son comportement et de son alimentation donc si l’homo sapiens était herbivore, il ne serait pas devenu le superprédateur ultime.

Pourquoi les chasseurs sont-ils encore nécessaires ?

Après 10 milliers d’années d’agriculture, de déboisement et de domestication animale, les écosystèmes ont été intégralement modifiés par l’homme. En effet, des espèces ont disparu telle que le dodo et d’autres ont mutées comme le loup devenu le chien. L’Homme est devenu le superprédateur ultime en entraînant la disparition des superprédateurs naturels.

Cerf

L’exemple du cerf

Le prédateur sauvage du cerf est le loup. Mais la domestication du loup en chien et le comportement opportuniste du loup qui, par facilité,  préfère s’attaquer au bétail d’élevage a entraîné la disparition de ce dernier. Par conséquent, la population de cerf a augmenté et entraîne des dégâts importants dans nos forêts. Le cerf mange les jeunes pousses d’arbres et empêchent la forêt de renaître, de plus le cerf se frotte aux troncs des arbres leur enlevant leur écorce jusqu’à ce qu’ils tombent. Ainsi afin de préserver les forêts et les nombreuses espèces qui l’habite, la régulation de la surpopulation de cerf est nécessaire.

La disparition d’une espèce brise le cycle naturel et entraîne des déplacements de populations dans des milieux dont elles ne sont pas issus et crée des réserves d’animaux qui elles même entraînent la diminution d’autres animaux. Par ailleurs, les espèces en surpopulation sont obligées de sortir de leur habitat naturel, la forêt, pour venir se nourrir dans les champs. Ainsi, afin de protéger les milieux agricoles et forestiers, la régulation de la faune sauvage est nécessaire. Les chasseurs sont donc encore nécessaire aujourd’hui.

Le saviez-vous : Le loup est réapparu de lui-même sur certain territoire du sud-est de la France, heureux de retrouver un superprédateur, nous l’avons protégé. Aujourd’hui sa population est telle que nous le chassons, en quantité limitée rassurez-vous, afin de protéger nos élevages de bétails et éviter sa surpopulation.

Les chasseurs sont-ils indispensables au développement durable ?

. Le travail bénévole des chasseurs ne se limite pas à la régulation des espèces. En effet, ils complètent le travail des gardes forestiers, souvent trop peu nombreux, grâce à leurs connaissances des territoires et des biosphères. Les chasseurs s’occupent de la rénovation des biosphères, de l’entretien des chemins, des cabanes et du décompte des espèces. De plus, ils interviennent pour replanter des haies et recréer des mares lorsque celles-ci se dégradent. Ainsi le chasseur se présente comme un acteur de terrain dont le travail est indispensable pour espérer garder une stabilité écologique des territoires ruraux.

Le Canton de Genève en Suisse

. Il y a plus de 40 ans, le Canton de Genève est devenue la première zone européenne à  tenter l’expérience d’interdire les chasseurs sur son territoire d’environ 280km². Des kilomètres de clôtures ont été mises en place pour protéger les zones agricoles et les centres urbains des dégâts susceptibles d’être occasionnés par les animaux. Un investissement économique qui a permis une avancée écologique avec l’augmentation de la population de toutes les espèces.

. Cependant, l’absence de superprédateur a créé une surpopulation de certaines espèces qui ont occasionnées des dégâts matériels. En 2018, 25 chevreuils sont chassés, pour réguler la surpopulation, par des gardes de l’environnement, des fonctionnaires chargés de la gestion et de la régulation de la faune. Le salaire de ces derniers et l’indemnisation des propriétaires ayant subi des dégâts à cause de la faune sauvage représentent l’essentiel du coût de cette méthode “sans chasse”. Cette méthode appliquée à toute la Suisse serait trois fois plus coûteuse que la méthode actuelle ”avec chasseur”. Cette méthode n’est donc pas réalisable à grande échelle à cause de la contrainte économique.

. Ainsi, tant que des nouveaux superprédateurs ne seront pas apparus, la chasse restera indispensable. D’autres méthodes sont envisageables mais elles ne sont économiquement pas soutenables.

Un équilibre agro-sylvo-cynégetique est-il possible ?

Par définition, un équilibre agro-sylvo-cynégétique est un stade où les populations animales susceptibles d’occasionner des dégâts sur les végétaux et les cultures sont régulés pour permettre la régénération naturelle de la forêt et l’exploitation agricole en périphérie de la forêt. Autrement dit, c’est la co-existence durable entre agriculture, sylviculture et chasse.

Le Parc national des Cévennes

Le parc des Cévennes est l’un des seuls parcs nationaux français à autoriser la chasse et à disposer de culture en son cœur. Ce territoire classé par la Commission mondiale des aires protégées a dû atteindre un équilibre agro-sylvo-cynégétique afin de préserver sa diversité biologique. 

. Des réglementations strictes ont été mises en place. Seule la chasse au gros gibier est autorisée et le chasseur doit faire partie d’une fédération propre au parc et participer à des réunions d’information sur l’état du parc. Ces réunions sont indispensables puisque les zones et périodes de chasse peuvent varier d’un mois à l’autre. En effet, il existe des zones de tranquillité pour que les animaux qui ne sont pas en surpopulation puissent se reproduire et ces zones varient selon le bon vouloir des animaux.

. Par ailleurs, les balles en plomb ont été interdites, ce qui permet la préservation des sols et de nombreuses espèces d’oiseaux. Car la pollution du plomb est agressive, elle génère de nombreuses maladies comme le saturnisme chez l’homme et l’animal. Marc Persichetti explique que les balles en plomb sont généralement réservées au petit gibier. C’est pourquoi il a été facile d’interdire cette méthode dans les Cévennes.

. Dans ce contexte, la chasse se présente comme gardienne de la santé de la faune et de la flore. Elle protège autant l’agriculteur et ses champs que les espèces sauvages et leur forêt. Ainsi le parc national des Cévennes montre que la chasse peut s’inscrire dans un développement durable sous réserve de certaines réglementations.

Pourquoi ne pas faire de la chasse un métier du service public ?

. Le chasseur rend de nombreux services à notre société puisqu’il  se place comme un acteur de terrain indispensable à la gestion de la faune et de la flore au sein de nos territoires ruraux. Cependant le manque de connaissances des enjeux écologiques par les chasseurs et l’absence d’expertises de terrain pour les préfets conduisent à des dérives dévastatrices pour les territoires locaux et leurs écosystèmes et créent des conflits sociaux.

. La mise en place de fonctionnaire de l’environnement tel que des techniciens cynégétiques permettrait, grâce à sa formation, de pallier au manque de connaissance et ne nécessiterait plus la prise de décision aveugle des préfets. Malheureusement, le coût économique de ces fonctionnaire n’est pas soutenable pour l’Etat.

. Actuellement les chasseurs sont des bénévoles soumis à de nombreuses cotisations qui permettent la gestion des territoires ruraux. Entre l’adhésion à une fédération, la validation du permis de chasse et la licence annuelle, la chasse se présente comme un loisir coûteux. 

. Marc Persichetti, chasseur de gros gibier dépense 1000€ par an, pour chasser 11 à 12 jours dans l’année. Il explique que le coût de la licence de chasse varie d’un département à l’autre. Pour lui celle-ci s’élève à 250€ environs à verser tout les ans à la FNC et comprend les assurances et les taxes notamment celle sur le gros gibier. A cela s’ajoute le prix de l’action de chasse, qui permet de payer la location de territoire, les bracelets pour les animaux nuisibles à prélever comme le sanglier ou le lièvre et l’entretien du territoire et de sa biosphère. Sur 5 millions de détenteurs de permis de chasse en France, seulement 1,2 million de chasseurs sont actifs, la raison financière expliquerait ce chiffre selon M.Persichetti. 

Ainsi la participation financière des chasseurs représente une part non négligeable du budget utilisé par la gestion économique des territoires ruraux.

EN BREF

La chasse est-elle indispensable pour un développement durable ? 

La chasse est indispensable au sein d’un développement durable car la régulation des populations animales et la protection des zones agricoles et forestières est obligatoire pour un développement social, écologique et économique durable.

Cependant le fonctionnement de la chasse en France ne permet pas un développement durable, puisqu’il encourage des pratiques et des méthodes de chasse dévastatrices pour l’environnement qui de surcroît créent des conflits sociaux.

Note de l’auteur, Shelter :

L’objectif de cet article est de recentrer le débat sur la chasse en France.

La dangerosité et la cruauté de la chasse sont des faux-débats de façades. Selon moi, le débat à avoir est sur l’organisation structurelle de la chasse afin d’éviter les dérives et de permettre un développement durable de nos territoires. Cependant, avant d’envisager un débat sur l’organisation cynégétique, il faudrait réconcilier les chasseurs et les militants et débattre sur la question de la place et du statut des animaux dans nos sociétés.

Le mot de la fin :

« Je pense que si on pouvait discuter avec les associations animalistes et qu’on réunissait nos savoirs on serait meilleur pour l’environnement. »

Marc Persichetti, chasseur.

Marc Persichetti a souhaité apporter une réponse et des précisions sur cet articles :

Posted on Leave a comment

Petit Biscuit – La recette électronique rouennaise.

logo petit biscuit

C’est l’heure du goûter, un petit biscuit ca vous dit ?

Celui-ci se déguste posé dans un canapé, sous un plaid avec un thé, ou se partage au court d’une nuit de folie entre amis.

Petit Biscuit – Sunset Lover (Official video)

«[Ma musique], c’est un appel au voyage, à des choses profondes de l’humain, naturelles, sensuelles »

Petit Biscuit, douce transe, Le Temps, 20 mars 2018

La recette de ce Petit Biscuit :

L’élément principale, une farine de blé dans un premier temps 100% rouennaise devenue parisienne depuis un succès international, mais restée 100% indépendante malgré les avantages des grandes industries.

Puis une matière grasse qui donne à la fois une texture commune, une musique électro calme et entrainante, des couleurs uniques avec l’incorporation de voix et des saveurs exquises goût piano et guitare.

La légèreté apportée par des œufs de la chaine électro posé puis de Spotify permettent à ce biscuit de s’envoler par delà les frontières avant de lui donner une dorure imprévue et remarquable.

Un sucre aux aromes de jeunesse et d’humilité lui attache ce goût si particulier.

Pour finir du lait, répondant aux normes de chaque pays visité grâce à un jeu scénique adapté mais ce gâteau ne deviens vraiment fondant que lorsqu’il est partagé avec une équipe technique soudée aux mécaniques bien huilées.

Ainsi faisons un peu de bouche à oreille, allons manger des petits biscuits en écoutant ces mélodies goûtues et voyageuses.

Fiche technique :

Naissance : 10 novembre 1999, Rouen

Activité : Producteur de musique électronique, disc jockey, compositeur.

Instruments : Piano, synthétiseur, FL Studio, Ableton Live, guitare électrique

Label : Petit Biscuit Music

Genres : Musique électronique, deep house, indie dance, ambient, downtempo

Distinction : International Dance Music Awards (2019)

Mehdi Benjelloun

aka Petit Biscuit

Discographie

  • EP :
    • Petit Biscuit
    • Sunset Lover
    • Waterfall
    • Problems
    • We Were Young
    • I Leave Again (ft Shallou)
  • Album Studio :
    • Presence (10 nov 2017)
    • Parachute (30 oct 2020)
  • 5 Remix
  • 16 Singles
  • De nombreux featuring ( Mome, Panama, Bigflo et Oli, JP cooper…)

Le mot de de la fin :

“Souvent, je reçois des messages me disant que j’ai oublié la ville d’où je viens, mais c’est complètement faux. J’ai aussi voulu le montrer avec ce jeu. Quand je reviens à Rouen, je veux que ce soit un événement.” Medhi Benjelloun aka Petit Biscuit

Petit Biscuit, “Je profite à fond de ce qui m’arrive”, Ouest-France, 30/01/2018

Posted on Leave a comment

La culture ne s’arrête jamais

En France, ce n’est pas une décision politique qui va nous empêcher de développer notre liberté artistique à partir du moment où icelle est humaniste et non incitative de haine ou de violence physique. Pourtant, en ces temps brumeux, nous devons pouvoir nous affirmer et agir pour continuer à produire. L’art demeure l’un des outils majeurs qui permet de bâtir notre conscience. C’est incontestable. Que l’on soit d’esprit classique, révolutionnaire ou surréaliste, notre construction artistique nous emmène vers le flamboyant. Qui a-t-il de plus plus beau que de partir dans l’imaginaire ? Retrouver. Voir. Disparaître puis revivre.

Notre pensée est Dieu et arithmétique. Nous vibrons par l’envolée cosmique et l’essence d’un roman, d’une création, d’un tag, d’une photo. Nous nous construisons tout en essayant de partager une pensée, un moment intime. L’écriture, le chant, la peinture, la photographie, la danse etc, sont des sens de vie . Ils s’accordent aux tumultes de nos âmes.

Donner son âme à la création, ce n’est jamais simple à faire comprendre au monde. Peu nombreux sont encore les parents qui recommandent l ‘art comme vecteur de réussite professionnelle. Comment pourrions -nous les plaindre vue l’état des écoles artistiques tout juste bonnes, en France, à satisfaire une certaine classe de la société qui n’a que pour objectif la culture de l’enfant prodige et la jouissance qui consiste à avoir une progéniture maitrisant des notes ou des couleurs pour afficher la fierté culturelle de la fratrie et la réussite sociale dans le but d’écraser l’autre ?

Malgré tout, il sort de notre pays , des prodiges. La France fut longtemps un pays de lumière artistique sans pour autant démocratiser cet art. Depuis les années 70, certains plafonds de verre ont explosés et on assiste, aujourd’hui à l’émergence démocratique de la culture, même si …..Même si il faut cravacher pour obtenir une reconnaissance. Le milieu artistique est souvent sans pitié. Il n’est pas rare qu’un artiste doive passer par un coup de pouce de gens influents pour obtenir le sésame de la popularité . C’est un peu en cela que l’art reste reste un monde très fermé. Volontairement. Snobisme d’une société à vocation élitiste.

Peu importe, on s’exprime, on crée d’abord pour nous-même. Pousser les poussières des “us et coutumes” peut demander plusieurs générations. L’art démocratique et partagé, est comme un serpent qui s’allonge petit à petit dans un jeu subtile, délicat et qui, parfois, oublie le sens même de la création. Attention donc à ne pas se morde pas la queue. Oublier ses fondamentaux. Trahir ce pourquoi on crée. Bernard Lavilliers disait, en son temps, que tant que l’on ne montrait pas sa création au regard du public, on ne pouvait pas se revendiquer artiste. Pourquoi pas. Je veux continuer de penser que l’art est ce que nous en faisons avec, aussi, notre liberté de garder, pour soi, nos créations. La culture ne commence pas quelque part et ne finit pas ailleurs. Elle est le temps et la vie.

Frédéric Quillet

Posted on Leave a comment

Association pour la Promotion du Média Libre

Logo APML

L’A.P.M.L est née le 10 octobre 2019 suite à une année de travail et de concertation entre acteurs de terrains s’investissant dans l’action et la promotion du média libre.

Nous avons, à  l’époque constatés des réalités de terrain induisant les difficultés pour les structures de médias libres à se développer : Baisse des dotations et subventions, précarité dans le travail du quotidien, sous-effectif, manque de compétences et bien d’autres constats qu’il est urgent de traiter.

Nous avons convenu que l’un outils essentiels sur lequel il fallait agir, est celui de la mise en commun de compétences autour de la défense du média libre.