Posted on 1 Comment

Réponse de Marc Persichetti

Réponse de Marc Persichetti à l’article : La chasse : indispensable au développement durable ?

Vous m’avez proposé une interview sur la chasse et j’ai accepté avec plaisir à la condition de relire votre article avant sa parution. Votre papier est globalement bien documenté mais comporte quelques erreurs que je vous ai signalées. Certaines ont étés prises en compte, d’autres non. Je vous prie de bien vouloir publier les rectificatifs suivants.

  • Vous laissez entendre que les chasseurs n’ont pas les compétences pour gérer les biosphères. C’est faux car les fédérations départementales et la fédération nationale emploie un grand nombre de techniciens diplômés des métiers de l’environnement. Cette organisation départementale et nationale nous permet également d’avoir une vision globale, contrairement à ce qui est affirmé. Tout le long de l’année, les chasseurs interviennent concrètement dans nos campagnes pour préserver l’environnement, restaurer la biodiversité et sauvegarder les espèces, chassables ou non. Les chasseurs sont les premier intervenant dans l’environnement et cela bénévolement.
  • Le remplacement de cartouches en plomb par d’autres alternatives -elles arrivent sur le marchés-  pour certaine chasse n’est pas le fait des chasseurs mais du parlement qui légifère et des fabricants. Les chasseurs sont favorables à une alternative.
  • Aucune espèce protégée n’est chassée ! Si cela était le cas, cela serait du braconnage et les chasseurs ne sont pas des braconniers.
  • L’agrainage n’a pas pour but la multiplication des sangliers et n’en n’est pas la cause. Cette technique consiste à déverser du grain de maïs en forêt pour essayer d’y fixer les sangliers, évitant ainsi plus de dégâts dans les cultures. Dégâts pour lesquels les chasseurs indemnisent les agriculteurs. Sans agrainage, les sangliers consommeraient plus dans les cultures, cela ne provoque aucune surpopulation. Cette technique est bien évidement réglementée.
  • Il n’y a pas de gros gibiers élevés et relâchés, cette pratique est interdite. Il y a des petits gibiers d’élevage relâchés. Cela à permit de sauvegarder des espèces qui auraient disparues sans cela, et pas à cause de la chasse mais de leurs territoires bouleversés.
  • Les chasseurs n’ont jamais détruit d’écosystème, au contraire, ils travaillent à le préserver et sont souvent les seuls.
  • Le piégeage est règlementé et les piégeurs sont formés et agrées. Sans cela, beaucoup d’élevage serait en péril.

Voilà, il me semble que cela devait être dit.

1 thought on “Réponse de Marc Persichetti

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *